Ewan, et l’imitation

Les thérapies

Ewan et l'imitation

Durée : 2’20

Par l’imitation avec des jouets en double exemplaires, Ewan, 5 ans, s’exerce à comprendre le moment où Bertrand, son éducateur, est prêt à lâcher son rôle pour en prendre un autre, ce qui est la base de toute conversation. Cette méthode lui permet d’acquérir les pré – requis de la communication et d’enrichir son répertoire de mouvements.  “Que ce soit par le langage ou par n’importe quelle forme de communication non verbale, on a besoin d’être ‘en ligne’ avec l’autre. C’est la première condition pour communiquer. Lorsque l’on imite en même temps ce que fait l’autre, la synchronie non seulement se ressent mais aussi se voit. Il se crée alors quelque chose de très fort : on partage la même expérience et chacun le sait”. Jacqueline Nadel

Les recherches sur l’imitation à laquelle participe ici Ewan et sur la synchronisation des cerveaux, menées par Jacqueline Nadel, ont montré que les personnes atteintes d’autisme étaient capables d’imiter et qu’elles pouvaient par ce biais s’entrainer à la communication.  Découvrez les progrès d’Ilan grâce à la thérapie par l’imitation synchrone

Jacqueline Nadel, professeur de psychopathologie du développement, directrice de recherche émérite au CNRS USR 3246, Centre Emotion, la Pitié-Salpêtriere, directrice de la revue Enfance.

LE PARCOURS

anim pieds-finale

Synchronisation des cerveaux

synchronisation-cerveau-autisme

Ilan, avant-après

ewan-imitation-autisme

AGATHE, AVANT - APRÈS

agathe-avant-apres